top of page
ancienne classe.jpg

Histoire du beurre de Carlsbourg

De 1844 à 1895

L’histoire de Carlsbourg et de son beurre de réputation internationale est liée à celle de son Collège ; l’établissement Saint-Joseph de Carlsbourg et des Frères des Écoles chrétiennes qui arrivent dans le village en 1844.
En 1886, le collège ouvre une section agricole et, dès 1895, la laiterie paroissiale…

En 1895, le frère Directeur du Collège, le frère Mathias-Marie, décide de faire du beurre avec les élèves de l’école agricole.
Il équipe l’école d’une écrémeuse mécanique, la turbine, et la met aussi à la disposition des gens de la région. Les responsables du Collège créent alors une laiterie coopérative paroissiale en plein village. À ses débuts, 300 agriculteurs des environs apportent leur lait pour l’écrémer.
En 1896, cette laiterie devient régionale et se dote d’un nouveau bâtiment sur l’emplacement de la vieille école.

En 1900, la coopérative propose à l’établissement Saint-Joseph de racheter le bâtiment. La proposition est rejetée. La coopérative fait alors construire un bâtiment en 1901 dans le bas du village et l’occupe en 1902.
Durant la guerre, de 1939 à 1945, les dirigeants de la laiterie apportent leur aide à l’établissement Saint-Joseph.
En 1974, la laiterie compte 3.000 coopérateurs, 12 employés, 36 ouvriers et quitte le village pour s’installer à Recogne dans des installations plus modernes.

cours d'honneur.jpg

Le château de Carlsbourg

 Château de style Louis XV,

ancienne propriété des Latour d'Auvergne, ducs de Bouillon aux XVIIIe siècle. Carlsbourg a conservé un escalier monumental en chêne et les murs supportent les armoiries des différentes familles qui se sont succédées dans ces lieux, dont les Mérode au XVIe siècle, les Rougrave au XVIIe siècle, les Lamock, les d'Elbecq, ensuite il a appartenu après la révolution française au colonel Grandjean, oncle de Paul Verlaine qui y joua étant jeune, et finalement à la famille de la Tour d'Auvergne, dont les armoiries ont inspiré celles de la commune de Paliseul. Cette famille cédera ses bâtiments en 1844 à l’évêque de Namur.

château de Carlsbourg 6850 Carlsbourg (Paliseul), propriété des frères de l'école chrétienne au XIXe siècle, le collège Saint Joseph.

vitraux.jpg

L'école

Nous avons fêté en octobre 2019, les 175 ans de l’arrivée des 6 premiers Frères des Écoles Chrétiennes à Carlsbourg !

Bref historique non exhaustif.

C’est à Monseigneur Dehesselle, Évêque de Namur, que revient l’initiative du choix du petit manoir des anciens ducs de Bouillon : Saussure, devenu Carlsbourg depuis 1757.

C’est ainsi que le 7 octobre 1844, en pittoresque équipage – un antique char à bancs – six rabats blancs faisaient leur entrée à Carlsbourg accueillis par monsieur le curé Dupuis et quelques anciens du village.

La première communauté était dirigée par le Frère Ingaud. Français d’origine, c’est à lui et à ses compagnons que revient le mérite d’avoir posé la base de l’édifice dans des conditions vraiment difficiles, au point de devoir séjourner les 10 premiers jours à l’auberge Moline, en attendant l’arrivée de modestes meubles et quelques aménagements urgents.

A l’ouverture des cours le 2 novembre 1844, les 35 élèves présents logeaient sous les combles dans d’étroites mansardes. Les salles du château, fort peu adaptées aux besoins scolaires, étaient converties tant bien que mal en classes. La demeure se trouvait fort isolée dans une Ardenne âpre et pauvre. C’était encore l’âge des diligences et quand sera créée la première voie ferrée traversant la province de Luxembourg (en octobre 1858), il faudra 5 heures de marche, par de mauvais chemins, pour atteindre les gares les plus proches : Libramont ou Poix-Saint-Hubert.

Au départ du Frère Mémoire en 1876, le nombre d’élèves de l’Établissement dépassait les 400 et étaient pris en charge par une trentaine de Frères.

En parcourant les registres communautaires, on peut affirmer que plus de 500 Frères ont œuvré à l’Institut ; certains n’ont fait que passer mais beaucoup y ont consacré le meilleur de leurs forces !

Depuis 1979, la communauté des Frères est de plus en plus réduite. Déjà à partir des années quarante, les professeurs laïcs ont été progressivement et de plus en plus étroitement associés à l’œuvre éducatrice confiée au départ aux Frères.

Aujourd’hui, il n'y a plus de Frères à Carlsbourg. La population scolaire de l’École s’élève à 388 élèves et l’équipe éducative est sous la direction de Monsieur Renaud Keymeulen directeur à l’Institut.

Merci aux Frères des Écoles Chrétiennes d’avoir répondu à la demande de l’Évêque de Namur (Mgr Dehesselle) et ainsi permis à de nombreuses générations de jeunes de bénéficier, aujourd’hui encore,  du génie pédagogique, ancré dans la révélation chrétienne,  du fondateur des Frères des Ecoles Chrétiennes, Jean Baptiste de la Salle.

bottom of page